La guerre contre l'EI couterait plus d'un milliard par mois à Washington

26/09/2014 20:28

Deux F-15E américains survolent le nord de l'Irak... (PHOTO MATTHEW BRUCH, ARCHIVES AP/U.S. AIR FORCES) 

Deux F-15E américains survolent le nord de l'Irak après avoir participé à des frappes sur des raffineries de pétrole contrôlées par l'EI dans l'est de la Syrie, le 23 septembre.PHOTO MATTHEW BRUCH, ARCHIVES AP/U.S. AIR FORCES

Dan De Luce Agence France-Presse WASHINGTON

La guerre menée des airs par les États-Unis et leurs alliés contre l'organisation État islamique (EI) en Irak et en Syrie devrait dépasser le milliard de dollars par mois pour Washington, un montant sans comparaison avec la campagne en Afghanistan.

                                               

Le Pentagone a estimé le mois dernier que l'opération menée en Irak depuis le 8 août coûte en moyenne 7,5 millions de dollars par jour aux États-Unis. Mais les responsables de la Défense reconnaissent eux-mêmes que cette estimation reste dans le bas de la fourchette, d'autant plus qu'elle a été réalisée avant que le président, Barack Obama, n'ordonne d'étendre la campagne de frappes aériennes à la Syrie.

Si on prend donc en compte les frappes au-dessus de la Syrie, l'utilisation d'un matériel de défense ultra sophistiqué et le coût de ne serait-ce qu'un petit contingent de soldats américains en Irak, le montant pourrait grimper, selon certains experts, à plus de 10 milliards de dollars par an.

«Je pense que l'on peut parler d'un nombre de milliards à deux chiffres», commente Jim Haslik du centre de réflexion Atlantic Council.

La première nuit des frappes aériennes contre l'EI en Syrie, mardi à l'aube, les États-Unis ont tiré 47 missiles de croisière Tomahawk depuis des navires de surface et déployé plusieurs avions de chasse F-22 Raptor ultra sophistiqués. Chaque missile coûte environ 1,5 million de dollars et les F-22 quelque 68 000 dollars par heure de vol.

Ces montants restent toutefois sans comparaison avec les financements massifs déployés par les États-Unis dans leurs campagnes en Irak et en Afghanistan cette dernière décennie.

«Ces montants restent faibles comparé à l'Afghanistan», estime Todd Harrison du Center for Strategic and Budgetary Assessments.

La facture pour la guerre en Afghanistan s'élève encore aujourd'hui à un milliard de dollars par semaine. L'invasion d'Irak en 2003 et l'occupation du pays qui a suivi jusqu'en 2011 sont quant à elles revenues à plus de 1000 milliards de dollars au total, selon des estimations indépendantes.

S'agissant de la nouvelle guerre menée contre l'EI, même si Barack Obama a promis de ne pas envoyer de troupes au sol, quelque 1600 soldats sont actuellement en Irak pour assurer la protection des diplomates américains, conseiller les forces irakiennes et coordonner les attaques aériennes. La plupart des analystes s'attendent à ce que ce chiffre augmente à mesure que la guerre continue, entraînant du même coup une hausse des coûts.

Différent de la Libye

Lors de la campagne aérienne de l'OTAN en Libye en 2011, la part des États-Unis pour cette opération de sept mois avait atteint un milliard de dollars. Mais dès les premiers jours, Washington avait décidé de se retirer des frappes et de fournir à la place du soutien à ses alliés de l'OTAN à l'aide d'avions ravitailleurs et de surveillance.

À la différence de la Libye, dans la campagne contre l'EI, Washington semble prêt à jouer un rôle dominant.

«Je dirais que cela va nous coûter entre 15 et 20 milliards de dollars par an, ou entre 1,25 et 1,75 milliard par mois», indique Gordon Adams, professeur à l'American University et ancien responsable du budget sous la présidence de Bill Clinton.

Selon Todd Harrison, la part la plus couteuse va venir du nombre élevé de vols de surveillance nécessaires pour accompagner les bombardements: «il s'agit d'une large zone que nous essayons de surveiller en permanence».

Le Pentagone a dit conduire 60 vols de surveillance par jour en Irak pour une opération qui pourrait durer, selon la Maison-Blanche, trois ans.

Les financements pour cette campagne devraient provenir du budget de guerre du Pentagone: le fonds pour les opérations d'urgence à l'étranger. Séparé du budget de base de la défense, ce fonds est la carte de crédit utilisée pour couvrir le coût des guerres menées par les États-Unis.

Le Congrès l'a accru de 85 milliards pour l'année fiscale en cours, qui se termine ce mois-ci. Mais le Pentagone - qui anticipe la large réduction des troupes en Afghanistan fin 2014 - prévoit une chute importante de son budget pour 2015.

Tant que le nombre de troupes au sol restera faible, assurent toutefois les experts, le coût de cette guerre ne devrait pas être catastrophique pour le Pentagone.