La reine de Jordanie appelle les musulmans à lutter contre l'EI

28/08/2015 08:25

«DAECH, le prétendu État islamique, continue de répandre... (PHOTO REGIS DUVIGNAU, REUTERS)

«DAECH, le prétendu État islamique, continue de répandre son idéologie diabolique» et «modifie la perception locale de notre région», a déclaré la reine, invitée à l'université d'été du patronat français, consacrée cette année à la jeunesse.PHOTO REGIS DUVIGNAU, REUTERS

Agence France-Presse JOUY-EN-JOSAS

La reine Rania de Jordanie a estimé mercredi que les musulmans modérés ne faisaient «pas assez» pour lutter contre les djihadistes de l'État islamique (EI) et a appelé à miser sur la jeunesse pour éviter que la région ne soit «dévastée».

«DAECH, le prétendu État islamique, continue de répandre son idéologie diabolique» et «modifie la perception locale de notre région», a déclaré la reine, invitée à l'université d'été du patronat français, consacrée cette année à la jeunesse.

«Les musulmans modérés à travers le monde ne font pas assez pour gagner la lutte idéologique qui est au coeur de cette bataille» a-t-elle dit, applaudie aussitôt par l'assemblée. «Évidemment, nous n'aidons pas activement DAECH, mais nous ne les stoppons pas», a-t-elle ajouté.

«Ma région a plus que besoin de votre amitié» et en particulier la jeunesse et les jeunes réfugiés, a plaidé la reine.

Tout en évoquant la vitalité des jeunes entrepreneurs au Moyen-Orient, précisant qu'«entre 2005 et 2011 le nombre de jeunes entreprises a été multiplié par huit dans la région», elle a souligné que «plus d'un quart» des jeunes de la région étaient au chômage.

La jeunesse du Moyen-Orient a besoin «d'éducation, d'opportunités, d'emplois et (...) aussi d'un peu de chance, que quelqu'un croit en eux», a exhorté la souveraine, engagée notamment dans le développement de programmes éducationnels en Jordanie.

Selon la souveraine, il est nécessaire de créer «100 millions d'emplois d'ici 2020» dans la région, notamment pour éviter un basculement de la jeunesse.

«L'échec n'est pas une option parce que si nous échouons face à ces extrémistes et s'ils gagnent, la région sera dévastée rapidement», a-t-elle conclu, avertissant que cela aurait des répercussions au niveau mondial.