L'Australie envisage elle aussi de déplacer son ambassade israélienne à Jérusalem

17/10/2018 18:19

Après les États-Unis, l'Australie ? Le nouveau Premier ministre d'Australie, Scott Morrison, s'est déclaré prêt à déplacer l'ambassade d'Australie en Israël de Tel-Aviv à Jérusalem, comme les Etats-Unis l'ont fait cette année.

Morrison a fait cette déclaration mardi, se déclarant « ouvert » à une telle décision, qu'il a qualifiée de « censée ».

Une question de foi, ou une volonté de bousculer le statu quo ?

Les commentateurs y ont d'abord vu le reflet de sa foi : le Premier Australien est un chrétien évangélique. Mais il a nié que les considérations religieuses étaient intervenues dans sa réflexion, et que c'était plutôt le constat de l'impasse diplomatique qui en était à l'origine. « C'est l'orthodoxie qui a mené ce débat et qui affirme qu'envisager des questions telles que la capitale est taboue. Je pense que nous devons remettre cela en cause. Nous nous sommes engagés à trouver une solution à 2 Etats, mais franchement, cela n'a pas bien marché. Peu de progrès ont été réalisés. Et on ne peut pas refaire les mêmes choses et s'attendre à des résultats différents ».

Depuis que Trump a déclaré qu'il avait décidé de déplacer l'ambassade américaine à Jérusalem, Israël s'efforce de persuader d'autres pays à en faire autant. Jusqu'à maintenant, seuls le Guatemala, un grand allié d'Israël, et le Paraguay, avaient décidé de suivre. Mais le Paraguay a annulé cette décision au mois de septembre, après le changement de son président.

Les déclarations du Premier ministre australien ne sont donc pas sans importance, et seront probablement considérés comme une grande victoire pour Israël, et un coup dur pour les Palestiniens. Le représentant palestinien en Australie, qui ont déjà critiqué cette décision jugée « profondément perturbante ». « Le gain politique à court terme qui pourrait être obtenu en déplaçant l'ambassade d'Australie de Tel-Aviv à Jérusalem serait certainement compensé par le préjudice porté à la fois au statut international de l'Australie et à ses relations avec les pays à majorité arabe et musulmane et la communauté internationale aurait en générale », a déclaré Izzat Salah Abudulhadi, le représentant de la Palestine en Australie.

Des considérations électorales ?

L'Indonésie, l'un des grands voisins de l'Australie, mais aussi l'un des pays musulmans les plus peuplés du monde, a déclaré qu'elle envisageait de suspendre les négociations d'un accord commercial entre les 2 pays, suite à ces déclarations.

Selon le journal britannique The Guardian, le Premier ministre australien pourrait avoir été motivé par des considérations électorales. Des élections locales partielles auront lieu ce week-end à Wentworth, une circonscription de Sydney dotée d'une importante communauté juive, qui était le bastion de Malcolm Turnbull, le collègue de Morrison au Parti libéral et son prédécesseur au poste de Premier ministre australien.

Le statut de Jérusalem, l’un des problèmes les plus épineux du monde

Le statut de Jérusalem est l’un des problèmes les plus épineux du monde. Israël, comme les Palestiniens, revendiquent la ville comme leur capitale.

Israël s’est emparé de Jérusalem Est, où sont situés de très nombreux sites sacrés musulmans, chrétiens et juifs, lors de la Guerre des Six Jours, en 1967. Puis l'État juif a revendiqué Jérusalem comme étant sa capitale en 1980, et y a installé une grande partie de ses infrastructures étatiques. Mais les palestiniens estiment aussi que la partie Est de Jérusalem devrait être leur capitale.

La plupart des pays du monde reconnaissent Tel-Aviv comme étant la capitale d’Israël, et y ont basé leur ambassade. Les Nations Unies pensent que le statut de la ville devrait être défini dans le cadre des négociations de paix.

Rétropédalage en règle

Quelques heures plus tard, et suite à la levée de bouclier et aux menaces de représailles sur le commerce extérieur que ses déclarations ont provoquées, M. Morrison a semblé vouloir corriger ses propos. Il a ainsi indiqué qu'il consulterait ses alliés avant de prendre toute décision.