Le Billet de Tonton Jules Madagascar surveillée par le FBI et la CIA

05/03/2015 14:31

Madagascar surveillée par le FBI et la CIA comme terre d'accueil de djihadistes


Des djihadistes seraient présents à Madagascar. Ils se serviraient d'un visa touristique de trois mois avant de repartir vers d'autres destinations.

Les services du FBI et de la CIA prendraient actuellement la situation de Madagascar au sérieux, note le site indian-ocean-times.com aujourd'hui.


Selon les services de renseignements américains, la partie Est de la Madagascar est actuellement surveillée de près, ou encore Maintirano dans l'Ouest et également Vaingaindrano dans le Sud-Est.

La multiplication d'écoles coraniques dans ces régions où la religion musulmane prédomine pourrait être un facteur dangereux pour un basculement vers un islam radical.

Pour rappel, en février 2006, Jamel Khalifa, beau-frère d'Oussama Ben Laden, arrivé comme simple touriste à Madagascar, avait été assassiné et abattu dans sa maison par 25 hommes lourdement armés.

Avec les trafics illicites, Madagascar, par sa situation économique difficile et sa frontière réputée poreuse devient facilement une plaque tournante des terroristes.

Ils y viennent plus aisément et sans beaucoup de formalités. A l'aéroport international Antananarivo Ivato, par exemple, il suffit juste de payer pour avoir un visa touriste et pour en rallonger, un petit détour dans les autres îles de l'océan Indien suffira pour revenir à Antananarivo Ivato, toujours comme touriste et pour trois mois.

La situation est une aubaine pour les djihadistes et d'autres organisations terroristes qui pourraient utiliser Madagascar comme plaque tournante du terrorisme.

Le président comorien met en place une unité spécialisée dans la lutte antiterroriste

Le président de l'Union des Comores vient de mettre en place une unité spécialisée dans la lutte contre le terrorisme. Il estime que son pays n'est pas épargné par ce fléau.

Ikililou Dhonine, le président de l'Union de Comores, vient de créer une unité spécialisée dans la lutte contre le terrorisme, rapporte le site habarizacomores.net aujourd'hui.

C'est Mahamoud Fakriddine, officier de l'armée nationale de développement et qui avait travaillé au sein des services de renseignement sous la tutelle de l'Etat-major mixte de Gendarmerie et de l'armée, qui a été désigné comme coordonnateur national de cette cellule.

L'archipel veut ainsi montrer qu'il est pleinement associé à ses différents partenaires que sont l'Union africaine, les Etats-Unis, la Russie et la France dans la lutte contre le terrorisme islamiste radical.

"Les Comores ne sont pas épargnées au terrorisme, il y a des Comoriens impliqués dans des actes de terrorisme", a rappelé le nouveau coordonnateur, évoquant les attentats de Nairobi et de Dar es Salam en 1998 contre les ambassades américaines.

"Tonton Jules"