Le Royaume-Uni affirme que les erreurs du passé ne doivent pas justifier l'inaction face à l'EIIL

25/09/2014 20:28

Le Premier ministre britannique, David Cameron. Photo ONU/Hubi Hoffmann

Lors d'un discours devant l'Assemblée générale de l'ONU, le Premier ministre du Royaume-Uni, David Cameron, a affirmé mercredi que les erreurs du passé en Iraq ne devaient pas justifier l'inaction face au groupe extrémiste l'Etat islamique d'Iraq et du Levant (EIIL).

« Il est absolument vrai que nous devrions tirer les leçons du passé, en particulier de ce qui s'est passé en Iraq il y a dix ans. Mais nous devons tirer les bonnes leçons.

Oui à une préparation prudente, non à la précipitation pour se joindre à un conflit sans stratégie claire », a dit M. Cameron.

« Mais nous ne devons pas être figés par la peur au point de ne rien faire.

S'isoler et se tenir à l'écart d'un problème comme l'EIIL ne fera qu'empirer les choses. Nous ne devons pas laisser les erreurs du passé servir d'excuse à l'indifférence ou à l'inaction », a encore dit le Premier ministre britannique.

Selon lui, il faut agir, mais différemment. « Nous devrions vaincre l'idéologie de l'extrémisme qui est la cause profonde de ce terrorisme, afin de gagner la bataille des idées et pas seulement la bataille militaire », a-t-il dit. « Nous devrions être intelligents, soutenir les gouvernements représentatifs et responsables et travailler avec eux à leur demande, et non pas passer par-dessus eux. »

M. Cameron a estimé qu'il fallait également travailler avec les partenaires de la région qui sont prêts à participer à la solution, « potentiellement en incluant l'Iran. »

« Et nous devrions utiliser tous les moyens à notre disposition, y compris la force militaire, pour traquer ces extrémistes », a-t-il ajouté.

Selon le Premier ministre britannique, « pour vaincre l'EIIL, et les organisations similaires, nous devons vaincre cette idéologie sous toutes ses formes » et « pas seulement l'extrémisme violent. »