Le vieillissement de la population peut être un atout plutôt qu'un désavantage

16/07/2018 05:40

La société considère le vieillissement de sa population comme un défi majeur. Il s'agirait d'un problème crucial susceptible de peser lourdement sur l'économie. 

Cependant, cette vision serait trop pessimiste, car le vieillissement de la population peut également devenir une valeur ajoutée importante, tant pour l'individu que pour l'économie, écrit Sacha Nauta, correspondant financier du magazine The Economist.

Pour être en mesure d'aboutir à cela, l'idée que l'on se fait du du parcours de vie de l'individu doit être complètement ajustée.

Santé

"La clé pour débloquer ce dividende de longévité est de transformer les plus de 65 ans en acteurs économiques plus actifs", explique Sacha Nauta. "Il faut partir de l'observation que les personnes âgées contemporaines ont souvent une santé parfaite. Elles sont souvent beaucoup plus en forme que les générations précédentes au même âge."

Dans la plupart des pays de l'UE, l'espérance de vie en bonne santé à partir de 50 ans augmente plus vite que l'espérance de vie, ce qui suggère que la période de baisse de la vigueur et de la fin de vie se réduit (tous les universitaires ne sont pas d'accord). Pourtant, dans la plupart des pays, l'âge de la retraite a à peine changé au cours du siècle dernier.

Lorsqu'Otto von Bismarck a introduit les premières pensions formelles dans les années 1880, payables à partir de 70 ans (plus tard réduites à 65 ans), l'espérance de vie en Prusse était de 45 ans. Aujourd'hui, 90% de la population vit pour célébrer son 65ème anniversaire. 

"Néanmoins, les institutions et les marchés sont incapables d'évoluer en même temps que le phénomène d'une vie plus longue et plus productive."

Pause

"Les marchés du travail et les systèmes de sécurité sociale rigides ont basés sur le fait que les gens sont confrontés à une rupture brutale de la vie à soixante ou soixante-cinq ans. Pourtant, dans les pays riches du moins, une nouvelle étape de la vie se dessine entre la fin de l'âge classique et le début de la vieillesse traditionnelle, qui est passée à un âge considérablement élevé."

Ces nouveaux "jeunes vieux" sont relativement en bonne santé, travaillent encore souvent, ont de l'argent qu'ils dépensent pour des choses qui ne sont pas spécifiques à leur âge. Cette nouvelle catégorie de population peut rester plus longtemps actives professionnellement.

Ils peuvent représenter une valeur ajoutée économique important, à la fois en tant que travailleurs et en tant que consommateurs. 

Mais la vieille idée d'un cycle de vie en trois étapes - éducation, travail, retraite - est si profondément enracinée que les employeurs évitent ce groupe et ce secteur d'activité, alors que l'industrie des affaires et des finances a fourni des biens et des services suffisants pour les consommateurs plus âgés. 

L'histoire montre néanmoins que l'identification d'une nouvelle étape de la vie peut entraîner de profonds changements institutionnels.

Enfance

"Au XIXe siècle, un nouvel accent mis sur l'enfance a ouvert la voie aux lois sur la protection de l'enfance, à la scolarité obligatoire et à une foule de nouvelles entreprises telles que la fabrication de livres pour enfants. Et lorsque les adolescents ont été désignés pour la première fois en tant que groupe en Amérique dans les années 1940, ils se sont révélés être une source de revenus importante, grâce à leur volonté de travailler à temps partiel et de dépenser librement leurs revenus. Ces étapes de la vie sont des constructions sociales, mais elles ont des conséquences réelles", explique le journaliste.

Rendre les vies plus longues financièrement plus viables, productives et agréables, nécessite une refonte fondamentale des trajectoires de vie et un nouveau regard sur les hypothèses concernant le vieillissement. 

Le pessimisme à l'égard du vieillissement de la population repose sur l'idée qu'au moment où les personnes atteignent l'âge de 65 ans, elles passent de contributeurs nets à l'économie à des bénéficiaires nets de prestations. 

Mais si beaucoup d'entre eux restent économiquement actifs, le processus deviendra beaucoup plus progressif et nuancé. Et le marché qui dessert ces consommateurs augmentera si les entreprises répondent mieux à leurs besoins.

"Bien sûr, une carrière professionnelle plus longue sera un élément crucial de cette nouvelle approche", indique le journaliste. Mais beaucoup de choses peuvent être également gagnées en améliorant les produits de retraite. 

L'industrie financière doit mettre à jour le modèle de cycle de vie sur lequel la plupart de ses produits et conseils sont basés. Des vies plus longues ne requièrent pas seulement de grosses sommes d'argent, mais plus de flexibilité dans la façon dont elles peuvent être utilisées.

Le citoyen doit être encouragé à mettre plus d'argent de côté pour sa pension, mais les aînés devraient aussi être encouragés à dépenser plus et à épargner moins. Cela n'est possible que si les assureurs introduisent une meilleure offre pour protéger les personnes contre de grands problèmes - tels que la démence ou la vieillesse.