Le WWF: 'En 40 ans, nous avons perdu 40% de la faune sauvage de la Terre'

03/10/2014 21:59

White rhinosaurus

Au cours des 40 dernières années, nous avons perdu la moitié de la faune sauvage de la Terre, indique une étude du WWF dont The Guardian a rapporté les résultats.

« Dit d'une autre manière, en moins de 2 générations humaines, les tailles des populations de vertébrés ont été réduites de moitié.

Ce sont les formes vivantes qui constituent le tissu des écosystèmes qui maintiennent la vie sur Terre. Nous négligeons leur déclin à notre péril », synthétise Marco Lambertini, le Directeur Général de WWF International.

Les animaux ont été décimés soit parce qu'ils ont été chassés pour la consommation humaine, ou parce que leurs habitats ont été détruits par la pollution et les activités humaines.

Pour parvenir à ce résultat, les chercheurs du WWF ont analysé 10 000 populations de 3 000 espèces animales, ce qui les a amenés à bâtir un «Living Planet Index » (LPI, ou 'indice de la planète vivante') permettant de décrire la situation pour les 45 000 espèces de vertébrés connues.

Ils ont également défini un second indice, qui calcule « l'empreinte écologique » de l'humanité, c'est-à-dire l'ampleur avec laquelle elle utilise les ressources naturelles.

Par exemple, la population mondiale coupe actuellement les arbres plus rapidement qu'ils ne repoussent, elle attrape plus de poissons que l'océan n'en produit, elle pompe plus d'eau que les pluies n'en apportent, et émet plus de dioxyde de carbone que les océans et les forêts ne peuvent en absorber.

Le rapport conclut qu'il faudrait une Terre et demie pour pouvoir faire face au taux moyen de consommation humaine. Si toute la population de la planète vivait comme les Américains, il faudrait même 4 Terres pour satisfaire toute sa consommation.

Ce serait encore pire si tout le monde vivait comme les Qataris, car il faudrait alors 5 Terres.

La dépopulation des espèces animales la plus forte a été constatée dans les écosystèmes d'eau douce, où les effectifs ont été réduits de 75% depuis 1970. Cependant, les espèces marines, comme les espèces d'animaux terrestres, ont vu leurs populations baisser de 40%.

Les espèces animales les plus décimées sont celles qui vivent dans les pays en voie de développement avec de faibles revenus, alors que l'on a globalement constaté de petites améliorations dans les pays développés. Par exemple, la loutre, qui avait quasiment disparu dans plusieurs pays d'Europe, a fait son retour.

En fait, les pays industrialisés ont connu eux aussi un fort déclin de leur faune, mais celui-ci s'est produit bien avant l'année 1970 qui a servi de référence pour cette étude, et celle-ci n'a donc pas pris la mesure de ce phénomène. Le dernier loup britannique a ainsi été tué en 1680.

Enfin, en important de la nourriture et d'autres biens dont la production a impliqué la destruction d'un habitat naturel pour des animaux, les économies développées « externalisent » l'étiolement des populations animales dans les pays d'où ces importations proviennent.

Ainsi, un tiers des produits de la déforestation (bois, bœuf et soja, entre autres) ont été exportés vers l'UE entre 1990 et 2008.

https://www.express.be/joker/fr/platdujour/le-wwf-en-40-ans-nous-avons-perdu-40-de-la-faune-sauvage-de-la-terre/208222.htm