Les Balkans occidentaux créent une mini-version de SCHENGEN

20/10/2019 11:05

L’Albanie, la Macédoine du Nord et la Serbie, trois pays des Balkans occidentaux qui espèrent adhérer à l’Union européenne, ont signé un accord de coopération économique régionale.

Cette alliance doit permettre la création d’une version miniature de l’accord de Schengen. L’initiative vise notamment à stimuler l’économie locale jusqu’à ce que l’UE ouvre ses portes à ses trois pays.

L’idée d’une coopération régionale a été évoquée pour la première fois en 2017 lors d’un sommet régional à Trieste, durant lequel les dirigeants ont convenu d’un plan d’action en vue d’un espace économique régional.

La semaine dernière, les premiers ministres albanais et macédonien du nord, Edi Rama et Zoran Zaev, ainsi que le président serbe Aleksandar Vučić, se sont réunis à Novi Sad, dans le nord de la Serbie, et ont signé une déclaration d’intention visant à établir la libre circulation des personnes, des biens, des services et des capitaux entre les trois pays.

Invitation

Ce « mini-Schengen » doit devenir opérationnel en 2021. L’initiative est ouverte aux autres membres des Balkans occidentaux, ont souligné les trois dirigeants. Ils ont invité la Bosnie-Herzégovine, le Monténégro et le Kosovo à les rejoindre.

Vučić a déclaré que les trois autres pays ont été invités à participer à ce « mini-Schengen », indépendamment de leurs divergences sur la reconnaissance de l’indépendance du Kosovo. « Ces différences politiques n’ont rien à voir avec la liberté de commerce et de circulation », a déclaré Vučić.

Le Kosovo a déclaré son indépendance de la Serbie il y a 11 ans. À ce jour, il n’est pas reconnu par la Serbie et la Bosnie-Herzégovine.

Tous les pays des Balkans occidentaux recherchent un lien avec l’Union européenne. Toutefois, à ce jour, seuls le Monténégro et la Serbie ont ouvert des négociations sur leur adhésion à l’Union européenne.

Zoran Zaev, Premier ministre de la Macédoine du Nord, a déclaré que les Balkans occidentaux devraient également agir dans leur propre intérêt.

Priorité

Le Premier ministre albanais Edi Rama a également souligné la nécessité d’accélérer le rythme et la dynamique du développement économique régional. « Nous voulons tous faire partie de l’Union européenne », a déclaré Rama.

« Mais l’Union européenne a aussi ses propres problèmes. Les Balkans occidentaux ne constituent pas une priorité à cet égard. La région elle-même doit s’en occuper. «

La vice-première ministre serbe Zorana Mihajlović a souligné que le partenariat ne voulait pas devenir une alternative à l’Union européenne. « Il n’y a pas non plus de volonté de la création d’une nouvelle Yougoslavie », a-t-il encore déclaré.