Les oubliés d'Apollo, Poppy Northcutt première femme ingénieure au Mission Control du Johnson Space Center à Houston au Texas.

21/07/2019 09:27

Frances « Poppy » Northcutt, née le 10 août 1943 à Many (Louisiane, États-Unis), est une avocate texane qui a débuté sa carrière professionnelle comme calculateur humain à la NASA.

Elle était incluse dans l'équipage de techniciens et d'ingénieurs qui concevait le programme Apollo durant la course à l'espace.

Basée au centre spatial de Houston, son travail consistait à calculer les trajectoires spatiales à une époque où les moyens calculatoires étaient encore rudimentaires.

Poppy Northcutt est la première femme ingénieure à avoir travaillé au Mission Control du Johnson Space Center à Houston au Texas.

« Scientifique spatiale d’un jour, parfois avocate, féministe à plein temps », voilà comment Poppy Northcutt se décrit elle-même dans la « bio » de son compte Twitter.

On n’a très rarement entendu parler d’elle, et pourtant à l’époque de la conquête spatiale, cette étudiante en mathématiques était la première femme ingénieure à intégrer le centre de contrôle de la Nasa. Alors que nous célébrons le 50e anniversaire d’Apollo 11, c’est l’occasion de revenir sur « les oubliés » d’Apollo 11, dont Poppy Northcutt fait partie.

 Pourquoi n’est-on pas retourné sur la Lune depuis 1972 ?

Elle a débuté sa carrière avant même que des hommes posent un pied sur la Lune, en tant qu'informaticienne puis en tant qu’ingénieure à partir de la mission Apollo 8, première mission en orbite autour de la Lune, qui a décollé le 21 décembre 1968.

Elle et son équipe ont conçu la trajectoire de retour sur Terre de l'équipage d'Apollo 8.

Après avoir appris l’explosion du réservoir d’oxygène de la mission Apollo 13, ce sont aussi eux qui ont mis au point le programme informatique d'Apollo 13 pour son retour, et ont trouvé le moyen de ramener les astronautes sains et saufs sur Terre.

Le rôle qu’a joué Poppy Northcutt à la NASA est considérable. Non seulement ses qualités d’ingénieure ont permis à la Nasa d’atteindre ses objectifs, mais elle a a ouvert la voie aux futures femmes ingénieures de la NASA après elle, et possiblement aux astronautes. Sally Ride, en 1983, est devenue la première femme astronaute de la NASA.

À cette époque, Poppy Northcutt, aujourd’hui âgée de 75 ans luttait déjà pour les droits des femmes depuis plus de dix ans.

« Il n'y avait qu'une seule femme dans la mission de contrôle lorsque le module lunaire d'Apollo 11 a atterri sur la Lune; aujourd'hui, les femmes représentent 34 % de la force de travail de la NASA » a-t-elle tweeté le 16 juillet.

« Il n'y avait qu'une seule femme dans la mission de contrôle lorsque le module lunaire d'Apollo 11 a atterri sur la Lune; aujourd'hui, les femmes représentent 34 % de la force de travail de la NASA »

Au fur et à mesure de sa carrière, elle s’est questionnée quant à la la discrimination des femmes et a lutté pour réduire les inégalités de genre qu'elle constatait tous les jours.

Avocate féministe

Après la fin du programme Apollo, le maire de Houston, au Texas en a fait la première avocate de la ville.

C’est elle qui a notamment négocié un accord avec le département de police de Houston permettant aux femmes de pouvoir occuper le poste d’agent de police ou encore de pompier.

Après sa carrière au sein de la NASA, elle se reconvertit dans les années 1970 comme avocate spécialisée dans les droits des femmes, travaillant pour l'organisation féministe américaine National Organization for Women, et militant notamment pour la défense du droit de l'avortement.