Les voitures électriques face à un nouvel obstacle

06/10/2019 10:41

Les producteurs mondiaux de voitures électriques nourrissent de grandes ambitions. Selon le consultant AlixPartners, les constructeurs automobiles lanceront plus de 200 nouveaux véhicules électriques d’ici 2023.

Toutefois, ils pourraient se retrouver face à un obstacle majeur. En effet, la demande pour une forme de nickel nécessaire pour la conception des batteries de véhicules électriques commence à dépasser l’offre, rapporte le Wall Street Journal.

Le sulfate de nickel est une substance cristalline de couleur brillante utilisée dans les batteries de véhicules électriques. Dans 4 ans, les batteries de véhicules électriques représenteront 12% de la demande mondiale de nickel, contre 3% en 2018.

Sulfate de nickel

Le nickel n’est extrait que dans une poignée de mines. Certaines d’entre-elles, situées en Russie ou dans le Grand Nord canadien, sont difficiles d’accès d’un point de vue opérationnel ou pour des raisons politiques.

Par ailleurs, le sulfate de nickel représente seulement une fraction des ventes mondiales de nickel. Environ 70% du minerai est utilisé pour la fabrication d’acier inoxydable. Le nickel permet également aux constructeurs automobiles d’augmenter la densité d’énergie des batteries de voitures électriques.

Mais l’offre de nickel est en deçà de la demande.

Prix du nickel

Le prix de référence du nickel est historiquement volatil. Au début des années 2000, on a assisté au boom du nickel déclenché par l’industrialisation de la Chine. Son prix est alors passé de 10.000 dollars à 50.000 dollars la tonne en 2007.

Toutefois, le minerai a connu un crash peu de temps après lorsque les aciéristes chinois ont découvert comment le remplacer par un produit de qualité inférieur. En 2019, le prix du nickel en provenance d’Indonésie, deuxième exportateur mondial, a bondi de 70% pour atteindre environ 18.000 dollars la tonne. Cette hausse se doit au fait que l’Indonésie a annoncé qu’elle cesserait d’exporter ce métal en 2020.

« Cela élimine l’une des principales sources de matière première de l’industrie du nickel en Chine et laisse un trou d’environ 100.000 tonnes par an sur le marché du nickel pour les deux prochaines années », a indiqué BMO Capital Markets.

Selon UBS, la fabrication de batteries pour véhicules électriques pourrait faire augmenter la demande de nickel de 40% d’ici 2025. La demande atteindrait alors environ 350.000 tonnes. D’ici 2020, le marché mondial du nickel devrait connaître un déficit entre l’offre et la demande de l’ordre de 144.000 tonnes en raison de l’interdiction d’exportation du nickel d’Indonésie.

Selon Roskill, un cabinet de conseil en matières premières, il faudra probablement de nouveaux projets coûteux – nécessitant des prix du nickel de l’ordre de 20 000 dollars – pour être rentable et combler cet écart du marché.

Entre-temps, certaines sociétés minières expérimentent déjà de nouvelles technologies pour augmenter la production.

Néanmoins, de nombreux mineurs et analystes sont sceptiques quant aux options permettant d’échanger du nickel, du moins pour la prochaine décennie.