L'Etat islamique prépare la plus grande campagne de nettoyage religieux que le monde ait jamais connue

24/12/2014 21:41

 

Je pense que l'Etat islamique est bien plus dangereux que les dirigeants de l'Occident ne le pensent. Ils croient en ce pour quoi ils se battent et ils préparent la plus grande campagne de nettoyage religieux que le monde ait jamais connue». 

Cette déclaration, c'est celle que Jürgen Todenhöfer, un auteur allemand de 74 ans qui vient de passer une dizaine de jours dans le « califat » de l'Etat islamique (EI), a faite dans une interview donnée à CNN à son retour.

Todenhöfer a notamment visité les villes de Raqqa et Deir Ezzor en Syrie, ainsi que Mossoul, en Irak. Sa conclusion, c'est que la vie quotidienne sous le règne de l'EI a retrouvé une certaine « normalité ».

Même s'ils redoutent les terribles sanctions qu'ils encourraient an cas de transgression des règles strictes de la charia imposée par le groupe terroriste, les gens apprécient la stabilité qu'il leur a apportée, malgré le départ des Chrétiens, chassés de la ville, de la fuite des musulmans chiites, et du meurtre de plusieurs personnes.

Todenhöfer a particulièrement été frappé par la dévotion et l'enthousiasme manifestés par les combattants. Il affirme qu'une cinquantaine de candidats se présentent quotidiennement pour être admis dans les rangs des troupes de l'EI. « Et l'éclat de leur regard était incroyable.

 Ils avaient l'impression d'être arrivés sur une terre promise, comme s'ils combattaient pour la bonne cause. Ce ne sont pas des gens idiots.

L'un de ceux que nous avons rencontrés venait d'obtenir son diplôme de droit, on lui avait proposé de très bons emplois, mais il avait préféré y renoncer et partir au combat », relate-t-il, expliquant que l'un des plus grands atouts de l'organisation, c'est la volonté de ses combattants, prêts à se sacrifier pour elle sur le champ de bataille.

 Mais l'un des moments clés de cette visite a été la rencontre avec un djihadiste allemand qui a expliqué les ambitions de l'EI à Todenhöfer, qui lui demandait si le groupe avait l'intention d'étendre son influence en Europe : 

Nous conquerrons l'Europe un jour. La question n'est pas si nous conquerrons l'Europe, mais plutôt quand cela arrivera. Mais c'est certain... Pour nous, les frontières n'existent pas. Il n'y a que des lignes de front. Notre expansion sera perpétuelle (...) et les Européens doivent comprendre que lorsque nous arriverons, ce ne sera pas beau à voir. Ce sera avec nos armes. Et ceux qui ne se convertiront pas à l'islam, ou qui refuseront de payer la taxe islamique, seront tués ».

Et lorsque Todenhöfer lui a demandé comment ils avaient l'intention de traiter les croyants des autres religions, et en particulier les Chiites, qui refuseraient de se convertir à leur islam sunnite, l'homme lui a répondu : « 150 millions, 200 millions ou 500 millions, ça ne compte pas pour nous. Nous les tuerons tous ».