L'ONU condamne l'assassinat d'une militante iraquienne des droits de l'homme par l'EIIL

25/09/2014 20:33

Le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Zeid Ra'ad Al Hussein. Photo: ONU

 Le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'Homme, Zeid Ra'ad Al Hussein, a vigoureusement condamné jeudi l'assassinat de la militante iraquienne des droits humains Sameera Ali Al-Nuaimy par les combattants de l'EIIL (Etat islamique d'Iraq et du Levant), ainsi que la détention, l'exploitation sexuelle et la vente de centaines de femmes et de filles capturées par l'EIIL.

Mme Al-Nuaimy a été fusillée en public au début de la semaine par un peloton d'exécution dont les membres étaient masqués, devant le siège du gouvernorat de la ville de Mossoul.

« Cette horrible exécution publique d'une femme courageuse dont les seules armes étaient les mots qu'elle employait pour défendre les droits d'autrui, révèle crûment l'idéologie en faillite de l'EIIL et de ses affiliés », a déclaré M. Zeid dans un communiqué publié à Genève. « Mme Al-Nuaimy a été capturée à son domicile par les hommes de l'EIIL et torturée pendant plusieurs jours avant d'être assassinée de sang-froid par un peloton de prétendus combattants ».

Avocate respectée, connue notamment pour ses efforts pour promouvoir les droits des femmes, Sameera Al-Nuaimy a été arrêtée le 17 septembre après avoir critiqué le comportement de l'EIIL sur sa page Facebook, en particulier « la destruction barbare à l'explosif de mosquées et de sanctuaires à Mossoul ».

Elle a alors été « déclarée coupable » d'apostasie par un prétendu tribunal. Son mari et sa famille ont été empêchés par l'EIIL d'organiser ses obsèques.

Dans un communiqué publié à Bagdad, le Représentant spécial du Secrétaire général en Iraq, Nickolay Mladenov, a lui aussi condamné l'assassinat de Mme Al-Nuaimy, « dernier en date des innombrables crimes révoltants commis par l'EIIL contre la population iraquienne».

L'EIIL « continue de montrer sa nature infâme, un mélange de haine, de nihilisme et de sauvagerie, ainsi que son mépris total de tout sentiment humain », a ajouté M. Mladenov, qui a appelé le gouvernement iraquien et la communauté internationale à « faire face résolument au danger » représenté par l'EIIL et à « tout faire pour faire rendre des comptes aux auteurs de ce crime ». 

L'exécution de Mme Al-Nuaimy fait suite à plusieurs attaques contre des femmes en vue dans les zones contrôlées par l'EIIL.

En juillet, plusieurs femmes candidates aux élections législatives ont été tuées ou enlevées par des militants de l'EIIL.

La Mission d'assistance des Nations Unies en Iraq (MANUI) a recueilli de nombreuses informations selon lesquelles des femmes avaient été exécutées à Mossoul et dans d'autres zones contrôlées par l'EIIL.

Les femmes instruites et professionnelles semblent particulièrement visées.

M. Zeid a également exprimé sa profonde consternation concernant le sort de centaines de femmes et de filles de la communauté yézidie ou d'autres groupes ethniques ou religieux capturées par l'EIIL, qui auraient été vendues comme esclaves, contraintes à des mariages forcés et violées à de nombreuses reprises par des militants de l'EIIL depuis que ce groupe s'est emparé de leur région en août.

« Leur sort terrible nous fait honte en tant qu'êtres humains », a dit le Haut-Commissaire. « Ces derniers assassinats, ainsi que la poursuite des enlèvements et de la mise en esclavage de femmes et de filles, illustrent la nature vénéneuse de ce groupe extrémiste et démontrent les similitudes entre lui et d'autres groupes tels que Boko Haram au Nigéria qui traitent également de nombreuses femmes et filles d'une manière abominable », a-t-il déclaré.

« Le fait que ces groupes tentent d'attirer d'autres militants en se réclamant de l'Islam constitue une perversion supplémentaire ».