Nigeria: plusieurs morts dans l'attaque d'un marché par Boko Haram

20/09/2014 20:26

La rébellion armée de Boko Haram dure depuis... (IMAGE ARCHIVES AFP/BOKO HARAM)

La rébellion armée de Boko Haram dure depuis 2009.IMAGE ARCHIVES AFP/BOKO HARAM

Agence France-Presse KANO

Des hommes du groupe islamiste armé Boko Haram ont attaqué un marché bondé dans l'État de Borno, dans le nord-est du Nigeria, tuant plusieurs personnes et pillant des vivres, ont indiqué des témoins samedi.

Vêtus d'uniformes de l'armée et de la police, des dizaines d'insurgés ont attaqué jeudi la ville de Mainok, à 56 kilomètres de Maiduguri, capitale de l'État de Borno et berceau de Boko Haram, lançant une roquette et ouvrant le feu sur le marché.

Les assaillants ont aussi emporté des marchandises, qu'ils ont chargées sur des camions abandonnés par des commerçants en fuite, selon des témoins.

«Ils ont attaqué vers 1 h 30 de l'après-midi (8 h 30, heure de l'Est), à une heure de pointe, d'abord en lançant une roquette sur le marché avant d'ouvrir le feu sur les commerçants», a déclaré à l'AFP Salman Lawan, un commerçant qui a été témoin de l'attaque.

«Ils ont tué plusieurs personnes dans l'attaque, mais c'est difficile de donner un chiffre précis», a ajouté M. Lawan, qui a fui à Maiduguri à la suite de l'attaque.

Un autre commerçant, Modu Kachalla, qui a fait un récit similaire des évènements, a précisé que les assaillants étaient à la recherche d'argent liquide et de nourriture.

«Ils ont volé de l'argent liquide aux commerçants et chargé de la nourriture dans des camions qu'ils avaient pris sur le marché avant de s'enfuir dans la brousse», a-t-il dit.

Le marché, a-til dit, était bondé au moment de l'attaque.

«Les assaillants ont tué beaucoup de gens sur le marché, mais c'est difficile de donner un nombre parce que tout le monde fuyait pour sauver sa vie», a ajouté Ibrahim Kolo, un autre témoin.

Boko Haram, qui s'est emparé de bandes de territoire dans l'État de Borno et dans les États voisins de Yobe et Adamawa, est à court de nourriture dans les zones que ses troupes occupent, selon les habitants.

Mercredi, des membres de Boko Haram ont tendu une embuscade à un camion qui transportait des céréales vers Maiduguri, à proximité du village voisin de Ngamdu, avant de le piller et d'y mettre le feu, ont-ils raconté.

La nouvelle de l'attaque du marché à Mainok a mis du temps à être connue, en raison de perturbations des services téléphoniques dans la région. Les lignes téléphoniques n'ont été rétablies que samedi.

La ville de Mainok a subi des attaques répétées de Boko Haram, qui veut instaurer un État islamique dans le nord du Nigeria, peuplé principalement de musulmans.

La rébellion de Boko Haram a provoqué la mort de plus de 10 000 personnes depuis 2009, et a laissé 700 000 personnes sans abris.