Nous sommes le peuple, qui êtes-vous ?

10/11/2019 10:58

Une majorité de Britanniques considèrent que le recours à la violence contre les politiciens est justifié s’il leur permet d’atteindre leur objectif.

Telle est la conclusion d’une étude réalisée par les universités de Cardiff et d’Édimbourg auprès de plus de 4 000 électeurs en Angleterre, en Écosse et au pays de Galles.

Bien qu’il soit préférable de prendre ce genre de sondage avec un grain de sel, il semble que le Royaume-Uni soit devenu un endroit plus violent à l’approche du brexit.

Dans les trois pays, une majorité de Brexiteers et de remainers estiment que le recours à la force contre des politiciens est justifié si l’objectif ultime peut être atteint. Les répondants n’ont pas indiqué qu’ils utiliseraient eux-mêmes la violence pour atteindre leur objectif.

À l’exception du pays de Galles (47 %), une majorité d’Anglais (52 %) et d’Ecossais (61%) estiment également que le Brexit entraînera à terme l’éclatement du Royaume-Uni.

Ainsi, même les sociétés avancées peuvent être la proie de la violence, qui commence toujours par un langage incendiaire. Au début du siècle dernier, l’Allemagne était l’une des nations les plus développées du monde, tant sur le plan culturel que technologique. La même chose s’applique à la Grande-Bretagne.

Dans ces pays civilisés, le recours à la violence dans la société semblait impensable. Mais en Grande-Bretagne, la police est maintenant déployée pour protéger les politiciens ou garantir la sécurité dans les rues (photo).

La Russie et la Turquie ont des élections, mais ne sont donc pas des démocraties

L’écrivain turc Elif Shafak trace un parallèle intéressant dans un article d’opinion publié sur le site Web de Politico.

« La démocratie est beaucoup plus vulnérable qu’on ne le suppose généralement. C’est un écosystème délicat de freins et contrepoids. Les référendums et les élections, aussi cruciaux soient-ils, ne suffisent pas à maintenir la démocratie.

N’oublions pas que la Russie a des élections. La Turquie a aussi des élections. Ce n’est pas non plus une démocratie. Outre les urnes, la démocratie concerne l’état de droit, la séparation des pouvoirs, la liberté des médias, l’indépendance universitaire, les droits de l’homme, les droits des femmes et les droits des minorités. »

Shafak se fonde sur ce qui s’est passé dans son propre pays. Le gouvernement Erdoğan est arrivé au pouvoir en promettant des réformes, la liberté et le pluralisme.

Il a fait exactement le contraire. Les médias ont été muselés, des universitaires et des journalistes se sont retrouvés en prison, des mouvements civils ont été réduits au silence. Erdoğan a rapidement mis son pays, autrefois candidat à l’adhésion à l’UE, en marge du projet européen.

Nous contre eux » et « le peuple contre l’établishment

À l’origine de cette trajectoire : le langage toxique de la division. « Nous contre eux » et « le peuple contre l’establishment », souligne Shafak. L’AKP d’Erdoğan s’est présenté comme le seul représentant du peuple. « Nous sommes le peuple », a déclaré Erdoğan. « Qui êtes-vous ? »

Par conséquent, quiconque critique le gouvernement, critique la population. De ce fait, on contrecarre toute opposition au nom de ce peuple. Selon Shafak, ce qui se passe en Hongrie et en Pologne ne diffère pas beaucoup de ce qui se passe en Turquie.