Pakistan: 280 enfants d'un village auraient été victimes d'abus sexuels filmés

10/08/2015 11:37

Cette affaire constitue «le plus grand scandale d'abus... (Photo Arif Ali, AFP)

Cette affaire constitue «le plus grand scandale d'abus commis sur des enfants dans l'histoire du Pakistan», a estimé le chef du Bureau de protection de l'enfance du Pendjab. (photo: 5 des 25 hommes soupçonnés d'avoir filmé les abus sexuels d'enfants)Photo Arif Ali, AFP

Agence France-Presse Lahore, Iran

La province pakistanaise du Pendjab a annoncé dimanche l'ouverture d'une enquête judiciaire sur un important scandale présumé d'abus sexuels commis sur des centaines d'enfants et d'extorsion de fonds.

Au moins 280 enfants ont été filmés pendant que les 25 hommes d'un groupe abusaient sexuellement d'eux, avant d'exercer un chantage sur les parents des victimes, menaçant de diffuser les vidéos s'ils ne payaient pas, a indiqué Latif Ahmed Sara, un représentant des familles des victimes.

Les enfants, pour la plupart âgés de moins de 14 ans, ont été également contraints à des rapports sexuels entre eux dans plus de 400 vidéos réalisées depuis 2007 dans le village de Hussain Khanwala, au sud-ouest de Lahore, ont rapporté M. Sara et des médias locaux.

«Environ 300 vidéos de ces enfants ont été diffusées et un enfant sur deux de ce village est une victime» de ce scandale sexuel, a précisé M. Sara, un militant des droits des victimes.

Le chef du gouvernement provincial du Pendjab, Shahbaz Sharif, a indiqué avoir demandé une enquête judiciaire indépendante sur cette affaire qui a suscité la colère des militants des droits des victimes et l'intérêt des médias.

«Les personnes impliquées dans cette affaire seront punies et les familles touchées obtiendront justice à tout prix», a affirmé dans un communiqué le cabinet de M. Sharif.

Cette affaire constitue «le plus grand scandale d'abus commis sur des enfants dans l'histoire du Pakistan», a estimé le chef du Bureau de protection de l'enfance du Pendjab, Saba Sadiq.

Dans un premier rapport commandé la semaine dernière par le gouvernement provincial du Pendjab à la police, les autorités locales avaient rejeté les allégations d'abus et les avaient qualifié d'«infondées».