Pédophilie: une commission pour examiner les appels de prêtres condamnés

11/11/2014 17:33

À la suite de son prédécesseur Benoît XVI,... (PHOTO MAX ROSSI, ARCHIVES REUTERS)

À la suite de son prédécesseur Benoît XVI, le pape François prône la tolérance zéro contre la pédophilie, un fléau qui pourrait avoir fait des dizaines de milliers de victimes et qui a fortement discrédité l'Église catholique.PHOTO MAX ROSSI, ARCHIVES REUTERS

Agence France-Presse CITÉ DU VATICAN

Le pape François a créé mardi une commission pour accélérer l'examen au Vatican des appels de prêtres condamnés dans leur diocèse pour des fautes graves, dont les crimes de pédophilie, a annoncé le Vatican.

Cette commission de sept cardinaux et évêques travaillera au sein de la Congrégation pour la doctrine de la foi (CDF), où affluent déjà tous les recours de prêtres et d'autres religieux contre leur condamnation par les juridictions diocésaines.

«Les nombreux recours ont créé une accumulation de travail», a expliqué le père Federico Lombardi, porte-parole du Saint-Siège, sans préciser combien de dossiers de recours étaient actuellement à l'étude.

Le Vatican avait annoncé en mai que ses tribunaux ecclésiastiques avaient sanctionné au moins 3420 prêtres et religieux depuis dix ans.

Le père Lombardi n'a pas dit s'il était fréquent que la CDF, qui doit déjà donner un avis pendant la procédure diocésaine, annule une sanction.

L'accélération de l'examen des recours peut permettre de blanchir plus rapidement les prêtres injustement sanctionnés, mais aussi de rendre plus rapidement définitive la condamnation des autres.

Le pape n'a pas encore nommé les sept membres de la nouvelle commission, qui seront chargés de juger les délits contre la foi, les sacrements et la morale. Selon le père Lombardi, il s'agit essentiellement de dossiers d'abus sexuels contre des mineurs.

La compétence de cette commission concernera les prêtres, mais pas les évêques ni certains «cas particuliers» déterminés par le pape, dont les recours continueront à être examinés par «la session ordinaire» de la CDF.

À la suite de son prédécesseur Benoît XVI, le pape François prône la tolérance zéro contre la pédophilie, un fléau qui pourrait avoir fait des dizaines de milliers de victimes et qui a fortement discrédité l'Église catholique.

La plupart des faits remontent aux années 1960 à 1980, et le scandale a été amplifié par la tolérance dont ont longtemps bénéficié certains prêtres criminels de la part d'une hiérarchie soucieuse de préserver d'abord la réputation de l'institution.