Publicité et technologie: la traque des internautes sur le web

19/09/2014 10:47

JUNG YEON-JE / AFP

La publicité a de plus en plus recours à des techniques d'espionnage et de traque en ligne, grâce notamment aux réseaux sociaux et aux appareils mobiles, affirme le magazine The Economist.

Les publicités sur internet, qui représentent désormais 125 milliards de dollars, soit un quart du marché total de la publicité, sont de plus en plus ciblées, mais la plupart des consommateurs n'ont aucune idée du degré de surveillance digne de la science fiction dont ils font l'objet.

Les gens passent de plus en plus de temps en ligne, et en retraçant les données qu'ils laissent sur les sites qu'ils visitent, des milliers d'entreprises recueillent des informations de natures très diverses, telles que leur lieu de résidence, leur revenu, la composition de leur famille, leur niveau d'éducation, leur âge et leur emploi, par exemple.

Le magazine relate le cas de l'une des sociétés qui se spécialisent dans la collecte de ce type d'informations, et qui dispose d'un fichier comprenant les données relatives à une cinquantaine de critères portant sur pas moins d'un milliard d'individus.

Ainsi, les visiteurs de sites internet sont regroupés dans des segments de marché, tels que ceux des « hommes à problème » (ceux qui ressentent la nécessité d'acheter des chocolats ou des fleurs, supposément pour se faire pardonner...) ou des « lourdement endettés » (reconnus comme étant typiquement des célibataires de petites villes).

Les progrès de la technologie font qu'il suffit d'une milliseconde pour sélectionner une publicité ciblée et l'afficher à l'attention d'un internaute arrivé sur un site.

Pour cet internaute, cette forme d'annonce présente l'avantage d'être plus pertinente pour lui, donc plus utile.

Eventuellement, en apportant une source de financement au site sur lequel elle est diffusée, elle lui permet de limiter le coût de son abonnement sur ce site, voire de bénéficier de sa gratuité.

Mais jusqu'à quel point les consommateurs pourront-ils accepter cet espionnage ? La plupart n'ont aucune idée de son étendue.

Ils ignorent que les boutons « j'aime » ou « tweeter » des sites internet contiennent un programme qui permet de retracer leur activité sur internet, même s'ils s'abstiennent de cliquer sur eux. De même, ils ne savent pas que sur les sites les plus populaires, ils peuvent être surveillés par jusqu'à 1300 sociétés différentes.

Les sociétés qui exploitent ces « datas » assurent qu'elles utilisent des nombres, et non les noms réels, pour identifier les internautes, mais en pratique, il est de plus en plus facile de retrouver leur véritable identité, et on peut imaginer les abus qui peuvent en découler.

Ainsi, un motard pourrait se voir facturer des primes d'assurance santé plus importantes. Les « hommes à problème » pourraient être discriminés dans leur recherche d'emploi.

Un site de rencontre, OKCupid, vendait les données concernant la consommation de drogue et d'alcool de ses utilisateurs. Ses pratiques ont suscité une levée de bouclier de ses adhérents, et il a cessé depuis.

Pour le magazine, les gens devraient être tenus informés de l'étendue des informations qui sont recueillies lorsqu'ils se connectent sur un site, et ils devraient avoir la possibilité de refuser cette collecte, le cas échéant.

Encore trop souvent, cette régulation repose sur l'éthique et la bonne-volonté des entreprises de ce secteur. Mais ces dernières doivent comprendre qu'une mauvaise surprise des consommateurs pourrait endommager définitivement leur réputation, et elles doivent adopter une attitude proactive pour éviter cet écueil, recommande The Economist.

De la même manière que certains consommateurs se sont rebellés contre les conditions de travail quasi-esclavagistes offertes dans les usines de certains fabricants de prêt-à-porter, les internautes peuvent s'insurger contre la violation permanente de leur vie privée.

Les entreprises doivent prendre conscience que l'espionnage n'est peut-être pas un business model viable, conclut le magazine.

https://www.express.be/business/fr/marketing/publicite-et-technologie-la-traque-des-internautes-sur-le-web/207930.htm