Que se passera-t-il en Allemagne si la Russie décide de suspendre totalement les livraisons de gaz vers l'Europe?

27/10/2014 12:23

Photo (c)AFP

L'une des pires menaces qui pèsent sur l'Europe serait la suspension totale de la fourniture de gaz de la part de la Russie. On sait qu'une telle décision nuirait à la Russie, mais quelle serait son impact en Europe, et en particulier en Allemagne ?

Le site Wolfstreet rapporte que la Commission européenne a publié la semaine dernière un rapport se voulant rassurant sur les effets d'un arrêt des livraisons de gaz en Europe pendant les 6 mois d'hiver, ce que l'on pourrai qualifier de « stress test pour le gaz ».

Selon Günther Oettinger, Commissaire pour l'Energie, ce ne serait pas si grave. Mais pour Wolf Richter de Wolf Street, ce ton tranquillisant est délibéré, ces stress-tests ayant le même objectif que les stress-tests des banques, c'est-à-dire rassurer les gens en leur suggérant qu'ils n'ont pas à s'inquiéter, que tout est sous contrôle. 

Le rapport indique que certains pays, notamment la Bulgarie et l'Estonie, connaitraient des difficultés importantes, mais qui pourraient être surmontées par un travail collectif, affirme le commissaire.

Mais un rapport secret émis par le ministère fédéral allemand de l'Energie, que le Spiegel est parvenu à se procurer, infirme ces paroles rassurantes.

Il conclut que pour l'Allemagne, un pays qui est moins dépendant du gaz russe que d'autres tels pays tels que la Finlande, la Pologne, l'Estonie et la Bulgarie, l'arrêt total des livraisons de gaz naturel de la Russie serait une catastrophe.

Normalement, l'Allemagne consomme 51 milliards de mètres cubes de gaz pendant l'hiver, dont 45% proviennent de la Russie.

La nation pourrait compenser une partie du gaz manquant en faisant appel à d'autres sources, mais elles ne pourraient fournir que moins de 6 milliards de mètres cubes de gaz, ce qui signifie qu'il manquerait autour de 17 milliards de mètres cubes.

Fermetures d'entreprises et licenciements collectifs

Après une période au cours de laquelle le pays puiserait dans les réserves de gaz, le gouvernement allemand serait contraint de prendre des mesures d'urgence pour rationner la consommation de gaz, c'est-à-dire qu'il devrait décider quels doivent être les bénéficiaires prioritaires du gaz disponible.

Selon le rapport, cette hiérarchie a déjà été établie, et elle prévoit que les ménages (dont la consommation annuelle atteint 26 milliards de mètres cubes) seraient épargnés autant que possible, tout comme les centrales énergétiques fonctionnant au gaz (qui absorbent 2,4 milliards de mètres cubes par an), qui sont indispensables pour la fourniture d'électricité.

L'industrie et les autres usines fonctionnant au gaz seraient donc les perdantes de ce scénario. Les deux premiers groupes cumulant en effet 28,4 milliards de mètres cubes en consommation annuelle de gaz, il ne resterait rien pour les deux derniers.

Mais sur le plan pratique, ce serait encore plus compliqué. Rien ne permet de discriminer ces différents groupes de consommateurs dans le réseau de distribution du gaz ; il ne serait donc pas possible de les différencier, et il serait possible de suspendre l'alimentation en gaz de certains foyers, tout en la maintenant pour certaines usines dont le fonctionnement n'est pas jugé indispensable.

En outre, ce scénario serait désastreux pour l'économie allemande.

De nombreuses usines devraient fermer leurs portes, faute d'énergie, parce  que leur électricité est fournie par des centrales au gaz jugées non essentielles. La production serait réduite au minimum, et il s'ensuivrait des licenciements massifs.

Les chanceux qui parviendraient encore à se faire livrer du gaz devraient le payer un prix très élevé.

Wolf Richter conclut de la façon suivante:

Avec cette décision, aussi auto-destructrice qu'elle pourrait être, la Russie pourrait anéantir la puissance industrielle de l'Allemagne, au moins pour un moment, et elle pourrait semer un chaos qui pourrait se répercuter dans le monde, parce que les commandes faites aux exportateurs allemands ne pourraient pas être honorées, et que les importations pourraient être suspendues.

Les coûts seraient tout simplement bien trop importants pour être envisagés.

Et c'est pour cela que le rapport a été tenu secret, et c'est la raison pour laquelle même le Parlement allemand ne l'a pas vu, et pourquoi les Eurocrates sont tous sortis avec leurs mots rassurants pour conforter la population ».

Espérons donc que la Russie ait autant besoin des roubles provenant des exportations de gaz que l'Europe a besoin de son gaz...

https://www.express.be/business/fr/economy/que-se-passera-t-il-en-allemagne-si-la-russie-decide-de-suspendre-totalement-les-livraisons-de-gaz-vers-leurope/208792.htm